Sorry, you need to enable JavaScript to visit this website.
  • Essai
  • Plan d'accès

4 raisons de ne pas charger son réacteur par le trou d’homme

Partager la page
Stocker
| 2 minutes de lecture | Par Jean-Luc Louis
Comment bien charger son réacteur

Les réacteurs chimiques sont largement utilisés dans la fabrication des colles, résines, encres, peinture, mais également dans le domaine pharmaceutique ou cosmétique pour la fabrication de crème, shampoing, réactifs…

Le chargement de réacteur chimique est un process délicat pour les industriels de la chimie. L’alimentation en poudre des réacteurs chimiques est dans la majorité des cas des applications où le zonage ATEX est présent et à un degré important. Les classes Atex sont généralement zone 0 -20 en intérieur de réacteur et 1-21 en extérieur.

Les risques liés aux chargements n’enlèvent en rien la nécessité d’assurer les bons dosages d’ingrédients, l’ergonomie des postes de travail pour les opérateurs de fabrication, la traçabilité des lots de fabrication, ...

Pourquoi arrêter de charger son réacteur par le trou d’homme ?

Charger le réacteur en poudre ou en liquide via le trou d’homme du réacteur est la solution qui semble la plus simple et efficace pour bon nombre de fabricants chimistes.

Cette solution engendre de nombreux risques vis-à-vis des opérateurs et des contraintes environnementales.

1. Le risque de décharge électrostatique 

L’opérateur qui charge des poudres directement au-dessus du réacteur porte sur lui des charges électrostatiques qui risquent de se décharger à tout moment si sa combinaison de travail n’est pas reliée à la terre.

De plus, le frottement engendré par la poudre sur la trémie ou l’entonnoir d’introduction charge la poudre en électricité statique ce qui peut générer des micro étincelles. Ces « petites » étincelles, dites « décharges en aigrette » engendre l’explosion des nuages de gaz présents dans le réacteur ou s’échappant du réacteur par le trou d’homme.

Utiliser une aspiration de type anneau de pouyès n’est pas une solution suffisante au déclassement de la zone Atex et le risque d’explosion est augmenté au niveau du dépoussiéreur qui collecte ces nuages de gaz à énergie d’inflammabilité très faible .

L’EMI nécessaire pour les gaz est très nettement inférieure à l’EMI des poudres. On parle de 3 mJ pour les poudres contre des EMI <à 1mj pour les gaz !

2. L’ergonomie de travail 

Un autre facteur supplémentaire pour arrêter le chargement des réacteurs par le trou d’homme est l’ergonomie de travail.
L’opérateur, en plus d’être exposé au émanation de solvants, doit manipuler des quantités importantes de charges (sacs, futs, bidons...) sans ergonomie et généralement en présence d’une ambiance poussiéreuse. Des solutions d’anneau de pouyès avec table de dépose des sacs existent mais restent applicables pour les applications aux faibles cadences.
Déporter son poste de craquage sacs ou sa station de vidange de big bags permet d’offrir à l’opérateur des conditions ergonomiques efficaces avec des postes de vidange propres, dépoussiérés et intégrant des solutions de manipulation adéquates.
Les manipulateurs de sacs Palamatic Process assurent ces opérations de dépalettisation.

Jean Luc expert poudre Palamatic

Vous avez un projet ? Je suis disponible pour vous
conseiller et vous accompagner dans votre étude.

Jean Luc, expert en poudre

02.99.86.06.22

3. Maintenir son réacteur sous ciel d’azote 

L’objectif de tous les utilisateurs de réacteurs chimiques est de maintenir leurs réacteurs sous atmosphère contrôlée (généralement sous azote) afin de garantir sécurité et qualité de fabrication.
Charger ces poudres et ingrédients en réacteur fermé est la garantie de respecter la qualité de fabrication. Dans certaines applications, la mise sous vide du réacteur pour assurer le débullage du mélange, favoriser la dispersion ou l’absorption est une nécessité.
La solution par sas d’introduction devient donc la solution à privilégier.
Retrouvez ici un exemple d'application relatif au chargement de réacteur sur un process de fabrication de colle industrielle.

4. Protection de l’environnement

Pour définitivement abandonner cette pratique de chargement, l’ouverture à l’air libre des réacteurs dégage des émissions de solvants, de gaz CoV (composé organique volatile) qui impose de lourds systèmes de captation et de traitement pour ne pas voir s’échapper les gaz toxiques dans l’atmosphère . De plus en plus, les organismes de contrôles imposent des laveurs de gaz sur les installations intégrant des réacteurs.

Prenez rendez-vous avec nos experts pour analyser votre process de chargement de réacteur.

Restez informé des nouveaux articles par e-mail.

*En renseignant votre adresse email, vous acceptez de recevoir nos derniers articles et avez pris connaissance de notre politique de confidentialité. Vous pouvez vous désinscrire à tout moment en nous contactant à contact@palamatic.fr.

 

Découvrez le savoir-faire Palamatic Process 

Ligne production Palamatic Process

Venez tester nos équipements dans notre station d'essais